Apprendre à identifier et gérer nos émotions pour exercer notre représentativité


Pour bien faire, pour bien ressentir - encore faut-il encore bien penser.
Découvrez comment nous nous faisons une interprétation de la réalité en fonction de nos filtres et nos programmes mentaux et remplacez vos schémas de pensées négatifs et limitant en rationnalisant et en r?

.

 

Apprendre à identifier et gérer nos émotions 

 

 

"There can be no transforming of darkness into light and of apathy into movement without emotion." CARL JUNG

“Il n’y a pas de transformation de l’obscurité à la lumière et de l’empathie à l’action sans émotion. » CARL JUNG

Beaucoup de disciplines thérapeutiques commencent par la présupposition erronée que les émotions sont nos ennemis ou que notre bien-être émotionnel est enraciné dans notre passé.

La vérité est que vous et moi pouvons passer du rire aux larmes en un instant si le modèle de notre concentration mentale et la physiologie est simplement assez fortement interrompu.

La psychanalyse freudienne, par exemple, recherche ces « secrets profonds et sombres » de notre passé pour expliquer nos difficultés actuelles. Pourtant, nous savons tous que tout ce que vous recherchez continuellement, vous trouverez sûrement. Si vous êtes constamment à la recherche pour les raisons pour lesquelles votre passé a entravé votre présent, ou pourquoi vous êtes si "mal-aimé", alors votre cerveau se conformera en fournissant des références pour soutenir votre demande et générer les émotions négatives appropriées. Il serait beaucoup mieux d'adopter la conviction globale que «votre passé n'est pas égal à votre avenir»!

 

QUELLES SONT LES DIFFÉRENTES APPROCHES POUR GÉRER NOS ÉMOTIONS ?

 

Avant de poursuivre, il est important de considérer que les émotions sont comme des vagues qui viennent et partent tout au long de la journée. Elles ne sont pas permanentes.

En revanche, si nous n’apprenons pas à les gérer, elles peuvent nous induire dans des schémas mentaux qui nous bloquent et nous maintiennent dans un état d’être négatif ; créant un obstacle à nos efforts pour contrôler notre monde intérieur – et donc nos comportements - externes.

Les 4 façons fondamentales avec lesquelles nous gérerons nos émotions.

1.     L’Évitement

Nous voulons tous éviter les émotions douloureuses. Par conséquent, la plupart d’entre nous essaient d'éviter toute situation qui pourrait conduire à ressentir des émotions que nous craignons, ou pire, certains d’entre nous essaient de ne pas ressentir d'émotions du tout!

Si, par exemple, ils craignent le rejet, ils essaient d'éviter toute situation qui pourrait conduire au rejet. Ils se détournent des relations. Ils ne postulent pas pour des emplois difficiles…

Traiter les émotions de cette façon est le piège ultime, parce que tout en évitant les situations négatives qui peuvent vous donner l’impression d’être protégé à court terme, cela vous empêche de ressentir l'amour même, l'intimité et la connexion que vous désirez le plus. Et en fin de compte, vous ne pouvez pas éviter de ressentir.

 

Une approche beaucoup plus puissante est d'apprendre à trouver le sens caché et positif dans ces choses que vous pensiez autrefois être des émotions négatives.

2.     Le Déni

Une deuxième approche pour traiter l'émotion est la stratégie de déni.

Les gens essaient souvent de se dissocier de leurs sentiments en disant: « Je ne me sens pas si mal. » Pendant ce temps, ils continuent à attiser le feu en eux-mêmes en pensant à la façon dont les choses sont horribles, ou comment quelqu'un a profité d'eux, ou comment ils font tout bien, mais les choses tournent toujours mal, et pourquoi cela leur arrive-t-il toujours, et ils continuent à poser les mêmes questions déresponsabilisantes.

Vivre une émotion et essayer de faire semblant qu'elle n'est pas là ne crée que plus de douleur.

Encore une fois, ignorer les messages que vos émotions essaient de vous donner n’améliorera pas la situation. Si le message que vos émotions tentent de transmettre est ignoré, les émotions augmentent simplement leur ampère; elles s'intensifient jusqu'à ce que vous prêtiez enfin attention.

Essayer de nier vos émotions n'est pas la solution. Les comprendre et les utiliser est la stratégie que vous voulez pratiquer au quotidien.

3.     LA COMPÉTITION.

Beaucoup de gens cessent de combattre leurs émotions douloureuses et décident de se livrer pleinement à elles.

Plutôt que d'apprendre le message positif que leur émotion essaie de leur donner, ils l'intensifient et la rendent encore pire qu'elle ne l'est. Il devient un «badge de courage», et ils commencent à rivaliser avec les autres, en disant: «Vous pensez que vous avez mal? Permettez-moi de vous dire, comparé à ma vie, vous avez eu de la chance! ». Une compétition victimaire en quelque sorte.

Cette émotion douloureuse devient littéralement une partie de leur identité, une façon d'être unique; ils commencent à s'enorgueillir d'être plus mal lotis que n'importe qui d'autre. Comme vous pouvez l'imaginer, c'est l'un des pièges les plus meurtriers de tous. Cette approche doit être évitée à tout prix, car elle devient une prophétie auto-réalisatrice où la personne finit par avoir un investissement dans une mauvaise émotion sur une base régulière, et puis elle est vraiment prise au piège.

Une approche beaucoup plus puissante et saine pour faire face aux émotions que nous pensons douloureuses est de réaliser qu'ils servent un but positif, et c'est ...

4.     L’APPRENTISSAGE ET LA MISE EN PRATIQUE

Si vous voulez vraiment faire que votre vie fonctionne, vous devez faire en sorte que vos émotions fonctionnent pour vous.

Vous ne pouvez pas les fuir; vous ne pouvez pas les régler; vous ne pouvez pas les banaliser ou vous tromper sur ce qu'elles signifient. Vous ne pouvez pas non plus leur permettre de mener votre vie. Les émotions, même celles qui semblent douloureuses à court terme, sont vraiment comme un message  interne qui vous dirige vers les actions que vous devez prendre pour arriver à vous sentir mieux, connecté à la source de vous-même..

Souvenez-vous de la métaphore de l’instrument de sécurité de votre véhicule, s’il vous prévient que vous allez tout droit dans le mur vous n’allez pas lui en vouloir ou le blâmer pour le sentiment inconfortable qu’il vous a donné en sonnant l’alarme !

La seule façon d'utiliser efficacement vos émotions est de réaliser qu’elles vous servent toutes !

À mesure ou vous commencerez à apprendre de vos émotions – à les ressentir, à les définir, et à les utiliser pour créer les résultats que vous voulez obtenir dans l’augmentation de votre bien-être ressenti. Les émotions que vous pensiez autrefois être négatives ne sont en fait qu'un appel à l'action.

DÉFINIR CE QUE L’ON RESSENT

 

COMPRENDRE CE QUE SONT LES ÉMOTIONS

Comme nous avons pu le voir plus tôt, la seule façon de les guider c’est déjà de les reconnaitre pour ce qu’elles sont.

Nous pouvons dire que chaque émotion a une fréquence vibrationnelle unique, comme une note spécifique, et résulte d’une pensée consciente ou inconsciente, qu’elle soit dissonante ou harmonieuse.

Pour être plus précis, une meilleure façon de décrire les émotions serait de dire que nos émotions sont les indicateurs de la qualité de notre fréquence vibrationnelle.

Elle indique notre degré d’alignement avec l’énergie de Source, l’esprit de toute chose – notre état d’être par default – notre cartographie universelle si vous voulez.

Imaginez que c’est comme si vous disposiez d’un navigateur, détecteur de sécurité intégré dans votre voiture, qui vous alerterait si vous quittiez la route, afin de vous permettre de poursuivre votre voyage confortablement et en toute sécurité,  ou vous indiquerait le chemin pour retrouver votre route facilement, au cas où vous vous seriez égaré un moment.

Pour savoir si vous êtes sur la bonne route, c’est assez simple, le mieux nous nous sentons, le mieux nous permettons notre alignement aux choses que nous désirons et qui sont utiles et positif pour nous-mêmes et l’ensemble.

 

COMPRENDRE QUI NOUS SOMMENT

 

L’alignement absolu avec notre propre énergie Source signifie que nous sommes conscients de notre vraie nature représentée, que nous la ressentons et l’exprimons à chacun de nos moments éveillés, au quotidien.

Notre vraie nature – qui nous sommes VRAIMENT :

 

  • Nous sommes une Définition Imagée d’un État Unifié – D.I.E.U
  • Nous sommes libres, souverains en représentativité
  • Nous sommes puissants, D.I.E.U ET. MON DROIT
  • Nous sommes égaux en droit, l’autre que soit étant son alter ego
  • Nous sommes bons
  • Nous partageons des valeurs et une constitution commune
  • Nous avons une raison d’être – en représentativité
  • Tout va bien lorsque nous pensons et faisons au mieux dans le déroulement de notre journée

 

ALIGNÉ SUR SA PROPRE NATURE

 

À chaque fois que vous pensez à quelque chose qui vous permet de connaitre votre propre nature représentée  - comme indiqué plus tôt - vous êtes en alignement avec qui vous êtes vraiment, c’est l’état d’alignement absolu, ou l’état de conscience ultime.

La façon dont ces pensées vous font ressentir s’apparente au sentiment de partager une connexion ultime avec vous-même, vous sentant en parfaite harmonie avec  tout ce qui vous entoure – vous vous sentez rayonner.

L’ÉCHELLE DES ÉMOTIONS POUR NOUS GUIDER À LA SOURCE DE NOUS-MÊME

Métaphoriquement, imaginons une jauge à essence d’un véhicule, un état d’alignement à la source de nous-même serait comme si le réservoir était plein avec l’aiguille de votre jauge à essence indiquant la position pleine.

Imaginez cette même  jauge avec des graduations ou des degrés, indiquant la position de votre acceptation de connexion à votre vraie nature – du plus plein au plus vide. L’aiguille de cette jauge indique la position vide lorsque vous résistez à vous connecter à l’essence  de vous-même.

 

 

Je vous présente l’Émotio-mètre, votre nouvel  instrument de navigation.

  

 

Les mots employés pour décrire chaque émotion – c’est-à-dire chaque graduation comprise entre la position « pleine » et « vide » de l’Émotio-mètre peuvent varier d’une personne à l’autre, ce qui est le plus important ici est que vous choisissiez consciemment l’amélioration de l’émotion ressentie. Le mot pour l’émotion n’est pas si important.

Tout d’abord, observons ensemble les différents degrés d’émotions – les 22 graduations de la jauge.

Dans l’ordre croissant, de la plus agréable  à la plus inconfortable émotion ressentie sur le cadran :

  1. La joie, la sagesse, la puissance, l’amour, l’appréciation
  2. La passion
  3. L’enthousiasme, le dynamisme, le bonheur
  4. Entretenir des perspectives positives dans la vie
  5. L’optimisme
  6. L’espoir
  7. La satisfaction
  8. L’ennui
  9. Le pessimisme
  10. La frustration, l’irritation, l’impatience
  11. L’accablement
  12. La déception
  13. Les doutes
  14. L’inquiétude
  15. La culpabilité
  16. Le découragement
  17. La colère
  18. La revanche
  19. La haine, la rage
  20. La jalousie
  21. L’insécurité, la culpabilité, l’indignité
  22. La peur, le chagrin, la dépression, le désespoir, l’impuissance

UN EXEMPLE POUR AVANCER CONSCIEMMENT DANS L’ÉCHELLE DES ÉMOTIONS

 DEPUIS UNE ÉMOTION RESSENTIE COMME LA DÉPRESSION

Imaginons que depuis quelques années  rien ne vous procure de joie, rien ne va, rien ne vous fait du bien, c’est comme si vous suffoquiez, et que tout le long de la journée,  chaque pensée qui vous vient à l’esprit est aussi douloureuse que la précédente. C'est un état stagnant.

Imaginons toujours que si vous pouviez vous motiver à faire quelque chose, vous vous sentiriez certainement mieux, car en focalisant sur une activité, vous seriez en mesure de ne plus penser à l’émotion ressentie, en pensent à autre chose, sortir de la stagnation et rétablir le dynamisme.

À default de pouvoir agir, vous disposez de beaucoup de pensées qui pourraient vous libérer du sentiment de vous sentir déprimé.

En revanche, vibrationnellement parlant, vous n’avez accès qu’a un nombre limité de pensées alternatives.

Mais si votre intention est de trouver un pensée, n’importe quelle pensée, qui vous soulage, qui vous fait vous sentir mieux, qui vous procure un meilleur ressenti, et vous êtes conscient de comment vous vous ressentez en ayant cette pensée a l’esprit, vous pouvez alors choisir cette pensée qui vous donne un meilleur ressenti et vous rapprocher graduellement d’un réservoir plein – de votre vraie nature.

C’est vraiment un processus a travers lequel, dans un premier temps, vous recherchez n’importe quelle pensée rationnelle alternative, puis vous évaluez consciemment si cette nouvelle pensée vous procure un soulagement RESSENTI par rapport à la pensée initiale.

Le processus est simple, vous pensez et ressentez, pensez et ressentez avec une seule intention : DE RESSENTIR UN SOULAGEMENT, MEME INFIME.

Imaginons que quelqu’un vous ait dit plus tôt aujourd’hui quelque chose qui vous a mis en colère, ou quelqu’un n’a pas tenu sa promesse.

Alors que vous vous focalisée sur ce sujet fâcheux, vous remarquez que vous ressentez un soulagement de la douleur liée à votre dépression. En fait, dans la tempête de ces pensées de colère, vous n’avez plus de problème à respirer.  Le sentiment de claustrophobie a disparu, et vous vous sentez un peu mieux.

À ce stade, il est crucial que vous réalisiez que votre pensée de colère est plus agréable que la dépression suffocante qu’elle a remplacé. Dans la reconnaissance consciente de l’amélioration de votre vibration, le sentiment d’impuissance que vous ressentiez dans cet état de dépression se ramolli.

 

POURQUOI QUELQU’UN DEVRAIT ME DÉCOURAGER A CHOISIR UNE PENSÉE DE COLÈRE POUR SORTIR DE L’ÉTAT DÉPRESSIONNAIRE ?

Même si beaucoup ont été soulagé de leur dépression lorsqu’ils ont eu des pensés de colère, il y a énormément de gens qui sont convaincue que la colère est inappropriée, voir même qui l’associe à une pathologie, a de la violence.

En fait, en choisissant consciemment une pensée de colère, cela nous permet de « prendre une respiration » pour restaurer un certain dynamisme et pas « rester planter la » à subir et aller de l’avant.

Cela nous permet d’extérioriser consciemment ces mauvaises vibrations,  responsables de l’état dépressionnaire. Bien évidemment, il n’est pas question ici de s’abandonner à ses émotions de colère. Il s’agit plutôt de se placer comme observateur de son expérience pour orienter le flux dans la direction de la résolution et de l’amélioration de l’état émotionnel présent.

Nous pouvons choisir d’entretenir consciemment une pensée de colère afin de nous permettre de pouvoir transiter vers une pensée moins résistante, comme la frustration par exemple, et ainsi de suite -  nous poursuivons la recherche de meilleures sensations à travers de meilleures pensées en choisissant une pensée toujours moins résistante que la frustration, comme l’ennui par exemple, etc., etc., etc.  Ce processus nous amène à nous ressentir de mieux en mieux, en trouvant rapidement dans notre esprit une pensée qui nous soulage, chaque fois que c’est nécessaire.

Et pour le coup, c’est une manière utile pour engager notre imagination, focalisant vers le désir de vous sentir bien.

Par exemple

Si vous appeliez votre meilleur ami et qu’il ne répondait pas, vous pourriez penser qu’il n’a pas envie de vous parler car il ne vous apprécie pas vraiment…

Cette pensée vous amènerait à vous sentir rejeté, humilié, dans le doute…

En revanche, vous pouvez imaginer que si votre ami n’a pas répondu c’est qu’il est certainement occupé, et que quoi qu’il en soit, vous lui souhaitez le meilleur…

Cette pensée vous amènerait à vous sentir serein, TOUT VA BIEN.

 

LA PLUS PETITE AMÉLIORATION DE VOTRE ÉTAT ÉMOTIONNEL EST DÉTERMINANTE

Lorsque vous êtes conscient de votre situation présente, en sachant ou vous voulez aller, tout en sachant et percevant si vous avancez ou pas dans la bonne direction… alors rien ne peut vous amener à vous sentir bloqué dans la situation présente.

Cet apparent manque de control de votre vie est en grande partie dû au fait que vous ne savez pas dans quelle direction vous allez.

En d’autres termes, pour reprendre la métaphore du véhicule, ce serait un peu comme si vous n’étiez pas en mesure de percevoir les alertes du système de navigation quand vous sortez de la route, car pour vous toutes les routes sont les mêmes, vous pensez que vous n’avez pas fait le choix de faire ce voyage en voiture, ne l’avez pas déterminé, vous ne connaissez pas la destination de ce voyage émotionnel, et n’avez pas non-plus appris à lire votre système de navigation – votre cœur -  pour vous situer sur la carte et exercer votre représentativité en pleine conscience.

Sans une réalisation consciente de vos propres émotions et leurs significations, vous vous éloignés souvent de l’état émotionnel optimal que vous voulez ressentir.

 

Quelle est l’émotion déterminante qui nous connecte à nous-même et aux autres

 

Il y a beaucoup de mots utilises pour décrire les émotions.  En fait, au-delà des 22 différentes  émotions sur l’échelle de graduation, en observant les deux pôles -  il est utile de se rappeler qu’il n’y a vraiment que 2 émotions :

  1. Celle qui nous donne un bon ressenti – Le Plaisir
  2. Celle qui nous donne un mauvais ressenti – La Douleur

Et on pourrait compléter ce raisonnement et cette observation en rapportant qu’il n’y a vraiment qu’une vraie émotion :

La bonté.

On l’invite plus ou moins dans chacun de nos instants éveillé. On lui résiste plus ou moins.  On l’exprime plus ou moins, on s’en rapproche et on s’en éloigne régulièrement tout au long de la journée.

Chaque degré sur l’échelle des émotions  – comme sur l’emotio-metre - nous indiquent seulement le degré d’acceptation de notre bonté - notre puissante, pure et positive nature.

Le plus haut degré de connexion à notre vraie nature, que l’on ressent comme de la joie, de l’amour, de l’appréciation, le sentiment d’être digne, libre, ou encore le sentiment de savoir, raisonne en vous comme étant vraiment l’expression de votre propre force.

Le plus haut degré de déconnection à notre Source, que l’on ressent comme le désespoir, le chagrin, la peur ou la dépression, nous renvoie à notre propre perception erronée qui donne naissance à un sentiment de faiblesse et d’impuissance.

C’est une valeur inestimable que de pouvoir délibérément améliorer, même de peu, la façon dont vous vous sentez, car même dans cette infime amélioration, vous avez retrouvé une certaine mesure de maitrise et d’authenticité.

Même si vous n’avez pas exercé complètement votre control pour vous ramener entièrement dans un état de connexion avec votre plein pouvoir, vous ne vous sentez plus impuissant face à cet état émotionnel qui était si douloureux et si paralysant, vous commencez à « monter dans les gammes », et à  y prendre plaisir.

Il vous sera désormais possible et relativement facile de progresser sur l’échelle de vos émotions, jusqu’à la pleine connexion à vous-même.

 

VOUS ÊTES LE SEUL À SAVOIR SI LE CHOIX DE LA COLÈRE EST APPROPRIÉ POUR VOUS !

Si une personne sévèrement déprimée pouvait consciemment découvrir le soulagement que procure une pensée de colère, et de façon plus signifiante, pouvait reconnaitre qu’elle a choisi délibérément un pensée associée à la colère, elle recouvrerait immédiatement le sens de son propre pouvoir, et sa dépression s’effacerait.

Évidemment, il est important que la personne ne reste pas dans cet état de colère, elle a accès maintenant à une pensée qui améliore son état interne ; la frustration – mieux que la dépression.

Beaucoup d’individus ne comprennent pas le contenu vibrationnel des émotions – ou même ce qu’est une émotion ou sa raison d’être – ces individus s’opposent avec grande force et autorité contre la projection de la colère. La plupart des gens n’apprécient pas la présence de gens en colère autours d’eux, et la plupart voudraient égoïstement préférer que la personne en colère retourne dans son état de faiblesse et de dépression, car sa dépression est tournée vers l’intérieur, alors que sa colère est tournée vers l’extérieur, vers n’importe quelle personne qui se tiendrait dans sa proximité.

Encore un fois, il s’agit de pensées de colère choisies avec conscience, en aucun cas il serait question d’actions inconscientes violentes sous l’effet de la colère ressentie. En effet, lorsque nous faisons le choix de penser « colère », nous sommes en mesure de contrôler notre comportement et ne pas se laisser emporter par la colère en agissant de manière destructive – ce qui serait une attitude inconsciente. La colère est légitime, l’expression de la colère par la destruction ne l’est pas.

Les individus qui vous observent pourraient se sentir mieux s’ils comprenaient que vous n’avez pas l’intention de rester dans la colère. S’ils savaient que votre master plan est de progresser depuis votre colère, à un sentiment de frustration pour ensuite passer à un sentiment d’accablement suivit du sentiment de l’optimisme et de continuer jusqu’à ressentir et savoir que tout va bien, ils seraient peut-être plus patients avec l’état de colère ou vous vous trouvez maintenant.

Il y a beaucoup de personnes qui progressent naturellement d’une émotion d’impuissance comme la dépression ou la peur à la colère comme un espèce de mécanisme de survie, mais lorsqu’ils font face à une si grande désapprobation de la part des membres de leur famille, de leurs amis ou de leur psy, en raison de leur conviction qui consiste à penser que  la colère est une réponse inappropriée, alors ils retournent au sentiment d’impuissance, pour répéter le cycle encore et encore : de la dépression à la colère, de la dépression à la colère… un schéma de pensées limitantes s’installe alors, et les émotions négatives sont alors les seuls signaux douloureux qu’ils sont en état de ressentir, et pour longtemps…

 

 « Si je peux aller là emotionellement, je peux aller n’ importe où »

La clef pour retrouver votre merveilleux sentiment de puissance personnelle et de control est de décider, sur le champ, peu importe si vous vous sentez bien ou mal, que vous allez faire de votre mieux avec « ce que vous ressentez ».  Cherchez et envisagez la meilleure pensée-émotion à laquelle vous pouvez avoir accès des maintenant, et à mesure vous répétez ce processus, sous peu, vous vous trouverez légers comme l’air. C’est tout simplement la façon dont cela fonctionne.

Maintenant que vous avez désormais pris la décision de guider délibérément vos émotions vers le bien-être optimal, vous vous appliquerez chaque instant de vous connecter à vos émotions, de les accueillir, et de décoder le message qu’elles vous envoient.

Par ailleurs, pour engager votre conscience et votre volonté propre au quotidien, avant de décider de toute action, - comme celle de chercher mentalement une pensée moins résistante pour vous sentir bien – vous vous dites :

« je décide de... » - JE FAIS LE CHOIX DE…

  • De faire
  • D’orienter mes pensées vers…
  • De penser que, au jour d’aujourd’hui,…

À cet instant précis, je désire trouver, et vais trouver la meilleure pensée d’émotion possible. Je vais chercher à trouver plus de soulagement, plus de soulagement, toujours plus de soulagement. »

Je comprends qu’il n’y a pas de « sauveur » pour m’aider à me sentir mieux et que j’accepte pleinement ma responsabilité dans ce que je ressent. Je comprends que je suis co-créateur – co-créatrice de mon expérience et non pas victime des circonstances.

Pour vous aider à guider vos pensées et votre ressenti, voici quelques repères pour progresser dans la gamme des émotions :

  • Ressentir de la colère procure un sentiment de soulagement quand vous ressentez de la dépression, du chagrin, du désespoir, de la peur, de la culpabilité ou un sentiment d’impuissance.
  • Ressentir une pensée de revanche procure un sentiment de soulagement quand vous ressentez de la colère.
  • Ressentir de la culpabilité procure un sentiment de soulagement quand vous ressentez de la colère.
  • Ressentir de l’accablement procure un sentiment de soulagement quand vous êtes dans la culpabilité
  • Ressentir de l’irritation procure un sentiment de soulagement quand vous ressentez de l’accablement
  • Ressentir le pessimisme procure un sentiment de soulagement quand vous ressentez de l’irritation.
  • Ressentir de l’espoir procure un sentiment de soulagement quand vous ressentez du pessimisme.
  • Le sentiment d’optimisme procure un sentiment de soulagement quand vous ressentez du désespoir.
  • Se sentir dans l’attente du meilleur procure un sentiment de soulagement quand vous ressentez de l’optimisme.
  • Ressentir de la joie procure un soulagement quand vous ressentez que vous êtes dans l’attente du meilleur.

Avec le temps et de la pratique, vous deviendrez très adepte à comprendre ce que vos émotions vous communiquent.  Une fois que vous avez pris la décision de chercher continuellement et systématiquement pour le soulagement qu’une meilleure émotion procure, vous trouverez que vous vous sentez bien la plupart du temps, en invitant dans votre expérience de vie toutes les choses que vous désirez.

« MAIS QUE CE PASSE-T-IL DE CEUX QUI DESIRE NE RIEN DESIRER»

Nous pouvons décrire la sensation de désir comme étant la conscience délicieuse de nouvelles possibilités. Le sentiment d’anticipation d’une merveilleuse expansion.  L’émotion du désir est vraiment la sensation que la flamme de la vie traverse tout notre corps.

Beaucoup d’individus, même s’ils utilisent le mot « désir »,  ressentent quelque chose de très diffèrent.

Le désir, pour eux, se traduit plus par le sentiment de se languir,  de nourrir de l’espoir. Comme quelque chose qu’ils voudraient vivre ou avoir, en étant dans le même temps conscients de ne pas l’avoir et donc d’offrir une vibration de « manque de… ».  Ils en viennent à penser que le sentiment de désirer c’est comme vouloir quelque chose qu’ils n’ont pas. Il n’y a pas de sentiment de « manque » dans le pur désir.

Alors si vous gardez à l’esprit que tout ce que vous demandez – les pensées sont des prières – vous l’obtenez, vous vous appliquerez à ce que vos désirs soient toujours purs – sans notion de manque, plutôt comme la certitude de la légitimité de ce sentiment merveilleux que de nouvelles possibilités sont maintenant invitées à se manifester dans votre expérience.

Ainsi, en désirant purement ressentir les meilleures émotions possibles, à tout moment de la journée, vous serez en mesure formuler les pensées appropriées qui vous permettent d’inviter dans votre vie, les meilleures circonstances et expériences possibles.

Ce processus naturel appartient à une des Lois qui gouvernent tout ce qui vie, cette Loi s’appelle La Loi de l’Attraction.

 

COMMENT LA PLUS PETITE AMÉLIORATION DE VOTRE ÉTAT ÉMOTIONNEL EST SIGNIFIANTE POUR L’ENSEMBLE

 

 

  • 1 individu au niveau 300 contrebalance 90 000 individus en dessous du niveau 200
  • 1 individu au niveau 500 contrebalance 750 000 individus en dessous du niveau 200
  • 1 individu au niveau 700 contrebalance 70 millions d'individus en dessous du niveau 200

En d'autres termes, en tant que co-créateur du monde, une fois que vous sortez du bas niveau vibratoire de la peur et que vous vibrez au niveau du courage (et au-dessus), non seulement vous transformerez votre propre vie individuelle en une expérience incroyable, vous contribuerez également à élever la conscience de l'humanité, et vous ferez partie de la co-création d'un monde moins craintif pour tout le monde, graduellement en phase avec la vérité et la réalité du cadre de notre expérience d’esprit matérialisé, en représentativité consciente.

commentaire(s)