Weimar - Suppression du port du masque et du test rapide dans les écoles


Verdict sensationnel de Weimar : pas de masques, pas de distance, plus de tests pour les élèves.

.

Weimar- Le 8 avril 2021, le tribunal de la famille de Weimar a décidé qu'il était interdit à deux écoles de Weimar, avec effet immédiat, d'exiger des élèves le port d'un couvre bouche de quelque nature que ce soit (en particulier les masques admissibles tels que les masques FFP2), de leur imposer des distances minimales AHA et/ou de participer au dépistage rapide du SRAS-CoV-2. En même temps, le tribunal a déterminé que l'enseignement en classe doit être maintenu.

Pour la première fois, des preuves ont été présentées devant un tribunal allemand concernant le caractère scientifiquement raisonnable et nécessaire des mesures anit-corona prescrites. Les témoins experts étaient l'hygiéniste Prof. Dr. med Ines Kappstein, le psychologue Prof. Dr. Christof Kuhbandner et le biologiste Prof. Dr. rer. biol. hum. Ulrike Kämmerer ont été entendus.

Citation de l'article :
Le juge a résumé sa décision comme suit :

"La contrainte imposée aux écoliers de porter des masques et de se tenir à distance les uns des autres et des tiers porte atteinte aux enfants sur le plan physique, psychologique, éducatif et dans leur développement psychosocial, sans être contre balancée par un bénéfice plus que marginal pour les enfants eux-mêmes ou pour les tiers. Les écoles ne jouent pas un rôle important en cas de "pandémie".

Les tests PCR et les tests rapides utilisés ne permettent pas en soi, en principe et déjà dans l'approche, de déterminer une "infection" par le virus SRAS-CoV-2. Ceci résulte déjà des propres calculs de l'Institut Robert-Koch selon les explications des avis d'experts. Selon les calculs de RKI, comme l'indique le professeur Kuhbandner, témoin expert, la probabilité d'être réellement infecté lors d'un résultat positif lors d'un test de masse avec des tests rapides, indépendamment des symptômes, n'est que de 2 % pour une incidence de 50 (spécificité du test 80 %, sensibilité du test 98 %). Cela signifie que pour deux résultats de test rapide vrais positifs, il y aurait 98 résultats de test rapide faux positifs, qui devraient tous être retestés avec un test PCR.

Une contrainte (régulière) de tester en masse des personnes asymptomatiques, c'est-à-dire des personnes en bonne santé, pour lesquelles il n'existe aucune indication médicale, ne peut être imposée car elle est disproportionnée par rapport à l'effet qui peut être obtenu. En même temps, la contrainte régulière des tests soumet les enfants à une pression psychologique, car leur capacité à fréquenter l'école est ainsi constamment mise à l'épreuve."

Enfin, le juge remarque : "Sur la base d'enquêtes menées en Autriche, où aucun masque n'est porté dans les écoles primaires, mais où des tests rapides sont effectués trois fois par semaine dans tout le pays, les résultats suivants selon les explications de l'expert Prof :

100 000 élèves d'écoles primaires devraient supporter tous les effets secondaires du port de masques pendant une semaine afin d'éviter une seule infection par semaine.

Qualifier ce résultat de simplement disproportionné serait une description tout à fait inadéquate. Elle montre plutôt que le législateur de l'État qui réglemente ce domaine est tombé dans une déconnexion factuelle qui a atteint des proportions historiques. "

Vous pouvez lire la décision ici (en Allemand)
-
-
Source:https://www.presse.online/2021/04/10/sensationsurteil-aus-weimar/
-
-

697 Vues

commentaire(s)