Changeons le monde avec bienveillance, humour, et détermination!

✨La Dualité des Rêves-1ère Partie✨


En ces temps de chaos Terrestre, l’informations, la communications deviennent volatiles. La Terre est plongée dans une torpeur, des rêves collectif, ou les rêves s’affrontent comme autant de vérités parfois réelles, parfois illusoires, qui s’annulent entres-eux lorsqu’ils se

.

En ces temps de chaos Terrestre, l’information, la communication deviennent volatiles. La Terre est plongé dans une torpeur, des rêves collectif, ou les rêves s’affrontent comme autant de vérités parfois réelle, parfois illusoires, qui s’annulent entres-eux lorsqu’ils se rencontrent. Ces rêves sont crées à la fois de toutes pièces par une faction de minorité ; une souhaitant le pouvoir prédominant prédatrice de leur rêve basé sur la non vie. Et, une autre faction, souhaitant rétablir de l’ordre dans l’ensemble de ces rêves confusionnelles voué l’ordre de la vie dans une doctrine non libre. Enfin un autre rêves, oh combien volatile, car il est en mode roue libre et canalisé, catalysé par les deux premiers. Ce troisième rêve, est prisonnier de sa dualité, prise entre deux feux des deux rêves s’affrontant.

Pourtant, aucun des deux premiers rêves ne militent pour le bien être du troisième rêve. Un jeu visant constamment à affaiblir l’adversaire par l’entremise du troisième rêve.

 Qui crée les rêves ?

     Le premier rêve est crée par des êtres à la prédation sans fin, colonisant les mondes à leur faim. Des êtres qui ne peuvent vivre en parfaitement autonomie avec eux mêmes, ne pouvant s’apporter l’évolution salutaire. Prisonnier d’un état qui n’arrive pas à évoluer. Ils ont développés de grandes formes de technologies, parfois elles ont été volés. Ils sont ce qu’ils sont des prédateurs n’ayant réussi à s’élever dans l’esprit au dessus de leur descendances génétiques. Leur seul niveaux d’évolution est technologique, leur conscience en est l’opposé. Plus ils avancent dans ce que l’on pourrait appeler le temps, plus ils sont à rebours de l’évolution. A chaque conquête, à chaque monde asservis et consommé ils accentuent leur régression. En tant qu’être de négation est d’involution, leur nourriture et la peur, la soumission, le cannibalisme des autres races au seins des différentes espèces. Ils ne trouve rien en eux mêmes, ils sont totalement dépendants des sources extérieurs pour exister en tant qu’êtres de chaires. Plus les mondes sont asservies, plus leur sources de nourritures est importantes, plus leur longévités l’est d’autant. Ce sont des êtres ayant peur d’eux-mêmes, car en tant qu’êtres d’involution leur mort signifie plus rien, non existence. Pour se faire ils se nourrissent au sens propre comme au figuré, des mondes qu’ils asservissent, mais transforme une partie des populations au travers leur propre codes génétiques afin de pérenniser leur propre race, comme une boucle sans fin de recommencement afin que la race ne sombre pas dans le néant. Ils sont eux mêmes les prisonniers de leur doctrine involutive.    D’autres espèces ont essayé de leur venir en aides. Mais la peur de perdre la pureté de leur race les ont amener à refuser tout croisement génétique qui leur auraient permis de passer de l’involution à l’évolution, et ainsi inverser la boucle temporelle régressive qu’ils mirent en place. Ils ont donc scellés leur (destin). Quelques soit le (temps), ils disparaîtront.

      Le deuxième rêves est crée par des êtres promulguant l’ordre des choses et l’évolution. Des êtres tous issus d’une ligné commune, une ligné d’êtres enclins à un profond désire de savoir, d’expérimenter, de repousser les limites de la leur connaissances. Bien que curieux, et avides de savoir, ils développèrent un fort rapport de compétition entre-eux, qui causa énormément de dissension, pour en arriver au point d’être prie dans des luttes intestines et des guerres. Leur façon d’envisager leur technologie était basé sur le forte croyance en le créateur, de l’ordre cosmique des choses. Ils souhaitaient plus que tout être à l’image du créateur. Ils se mirent même à créer des mondes, des espèces. Mais toujours dans un rapport de compétition forcené. A celui qui aurait le meilleur programme, qui serait le plus proche du créateur. D’eux descendirent beaucoup d’autres espèces et races qui allaient elles mêmes évoluer à leur tours. Jusqu’au jour ou le deuxième rêve, du faire face au premier rêve. Beaucoup du second rêve furent asservis, consommés, leur maison d’origine fut inclus dans le premier rêve. Les différentes fonctions s’éparpillèrent dans l’immensité du créateur. Certains comprirent que de jouer au créateur avaient des grandes conséquences, notamment le fait d’engendrer d’autres espèces issus d’eux-mêmes. Car ces autres espèces commencèrent également à reproduire les mêmes schémas de dissensions et d’égos démesurés. Comprenant alors que la voie de l’évolution par la technologie, ne permettait nullement d’être plus proche du créateur une partie de ces factions du deuxième rêve, décidèrent alors de se consacrer à l’évolution de leur conscience. Jusqu’au point de s’affranchir de la matière. Et de continuer à vivre à l’état de pensée, de conscience.                                                                              Les autres factions s’allièrent dans des alliances plus ou moins stables afin de faire face au premier rêve, qui remettait en cause l’ordre cosmique des choses. Un ordre qui selon eux, ne peut être interféré. Au delà toutes considération émotionnelles. Tous ce qui interférer avec cet ordre devait être éliminé, éradiqué. Chacune de ces factions comprirent leur erreurs, et essayaient chacune à leur façon de rattraper, de corriger leur erreurs découlant de leur curiosité insatiables. Cependant certaines factions vinrent au sein d’un segment du créateur est s’installèrent pour permettre de redémarrage, au cas ou viendrait mutuellement à s’annihiler les factions du deuxième rêve toujours emprise dans des luttes tout en essayant de faire front au premier rêve.

 

 

Je scelle la matrice de l’espace et du temps !

Je suis Simeria ✨

 

http://simeria.canalblog.com/archives/2020/04/03/38162905.html

 

commentaire(s)