Réflexions sur les temps


petit texte à utiliser comme bon vous semble pour le vrai service de l'être humain

.

En leur temps les bolcheviks ont réussi à provoquer la famine chez les producteurs indépendants, les paysans, alors plus ou moins catalogués de « patrons ».

 

Aujourd’hui, l’État, avec tout ce qui est derrière lui, ruine les activités indépendantes et toutes celles qui participent au bien-être et au plaisir de vivre, pour ne laisser que le seul travail.

 

L’avantage d’avoir un virus comme « ennemi » pour manœuvrer les populations, c’est sa capacité à faire culpabiliser sur la vie, à dévoyer l’amour du prochain pour justifier toutes les mesures coercitives et contraignantes, à remplir les esprits de peurs, ce qui les rends figés de l’intérieur et donc malléables de l’extérieur.

 

En outre, la révolution dite française s’est faite en accusant le roi et les nobles, sur le plan politique. Aujourd’hui, aucun être humain n’est responsable des décisions prises à la tête de l’État. Si nous en sommes là, ce n’est pas leurs décisions successives qui nous ont amené à cette situation, cela pourrait s’appeler un complot, c’est la faute à pas de chance et au virus.

 

Pourtant des décisions ont été prises, depuis longtemps, qui s’enchaînent. Et qui enchaînent. Chaque fait dans notre histoire est le fruit d’une décision prise par une personne, ou un groupe de personnes, ou une personnes représentant un groupe de personnes. Ces décisions ont été prises par des hommes et par des femmes en leur âme et conscience, au nom de leurs valeurs et de leurs choix de vie. Que savez-vous de ces valeurs ? Savez-vous à qui vous donnez le pouvoir sur voter vie en choisissant de voter ?

 

Il peut apparaître effrayant que des êtres travaillent depuis longtemps à un projet à une grande échelle. Pourtant, ce n’est qu’une variante de ce qui se produit depuis l’antiquité. Tous les empires, à commencer par l’empire romain, ne sont-ils pas des projets réalisés sur le long terme et à grande échelle ? Après, la forme du projet, empire politique, économique ou autre est du détail.

 

L’être humain est fait pour être librement soi-même, et les bergers de notre troupeau doivent permettre cet épanouissement, et non permettre son asservissement. Au cours de l’histoire de l’humanité certains ont choisi d’asservir leurs prochains, même au nom d’idéologies d’apparence positive. D’autres ont choisi de défendre les libertés réelles. C’est le choix de chacun, et chacun change la face du monde en faisant ses choix.

 

S’il semble plus facile pour ceux qui veulent asservir de s’unir, celles et ceux qui veulent être eux, et permettre aux autres d’être soi dans l’amour et le respect, le peuvent aussi. La démagogie et la pédagogie font partie de ces choix évoqués plus haut. Par pédagogie, j’entends pédagogie véritable, et non instrumentalisation ou manipulation à des fins masquées.

 

Diviser pour régner est l’un des piliers de celles et ceux qui veulent asservir. Ces divisions sont très diverses et remontent parfois loin dans le temps. L’absence de connaissance et de formation humaine est aussi un outil d’asservissement. Le remplacement par exemple des sciences humaines, les humanités, par les sciences « scientifiques » dans l’enseignement, l’abaissement permanent du temps d’apprentissage de la langue, de l’histoire de la poésie dans les petits niveaux scolaires, vont dans ce sens.

 

C’est retirer les outils aux inutiles pour laisser les hommes dieux tranquilles dans leur orgueil méprisant et haineux de la nature humaine telle qu’elle est.

 

La notion même de nouvel ordre mondial devrait amener à se poser des questions. Pourquoi un nouvel ordre, un ordre autre que celui qui a été établi lors de la création de l’univers ? Quel est ct ordre ? Ceux qui en parle en ont bien une petite idée ? Pourquoi ne jamais exposer clairement cet ordre ? C’est visiblement un ordre en lien avec cette déclaration du docteur Alexandre dont le site Doctissimo suit aveuglément la ligne du gouvernement :

 

« Je suis un horrible élitiste. Le monde complexe de demain ne peut être géré que par des intellectuels. Vous dans cette salle, vous allez vivre un âge d'or, et nous devons créer une société inclusive et trouver le moyen d'éviter qu'il y ait un gigantesque Gap. Ce que Hariri dans Homo Deus appelle des dieux et des inutiles, les dieux, vous, qui maîtrisez, contrôlez, managerez les technologies and BIC, les technologies trans-humanistes et les inutiles, les gens moins favorisés qui auront du mal dans le monde compliqué dans lequel nous rentrons. Et les gilets jaunes, c'est la première manifestation de ce Gap intellectuel insupportable que nous sommes en train de créer, entre les winners (les dieux d'Hariri) et les loosers (les inutiles). »

 

Créer une société à deux vitesses, habituer les gens à rester isolé chez eux, éviter les contacts et les échanges humains, les jeux et les plaisirs, pour alimenter le seul travail et les expériences scientifiques sur l’ADN, autre volet du nouvel ordre ? Corrompre la nature humaine et l’être humain dans tout ce qui fait qu’il est cet être humain justement ?

 

Nous pourrions même aller jusqu’à dire que le port du masque est un rituel imposé sous couvert du sanitaire pour faire participer les gens malgré eux à ce passage vers cet étrange nouvel ordre mondial. Le port du masque est une pratique rituelle dans certaines « sociétés » ou « associations humaines », notamment satanistes. Le masque efface symboliquement votre face, votre visage, vos expressions, votre capacité de communication…

 

La vie est un tout, et souvent nous regardons l’arbre qui masque la forêt, du fait de nos blessures d’enfance qui nourrissent un orgueil qui peut toucher chacun.

 

Regardons la forêt.

 

Et respirons, vivons, crions, chantons, dansons…

 

Aimons !!!

commentaire(s)