Je viens d'écouter Macron : discours de conseiller municipal !


Je viens d'écouter (5 minutes) macron : discours de conseiller municipal, et encore, c'est une insulte pour ces élus de la République. L'oeil terne : on avait l'impression qu'il ne croyait pas à son propre baratin.

.
Je viens d'écouter (5 minutes) macron : discours de conseiller municipal, et encore, c'est une insulte pour ces élus de la République. L'oeil terne : on avait l'impression qu'il ne croyait pas à son propre baratin.
 
1°)- Macron a annoncé la création de nombreux emplois pérennes :
 
Sur le fond, le petit banquier a eu le toupet infernal d'annoncer une "relance économique et la création de nombreux emplois pérennes", pour le printemps 2021. Occultant la chute du PIB de -13% constatée en juin 2020, après le premier confinement. 1 548 plans sociaux, une industrie automobile revenue à son niveau de 1975. Des petits commerçants qui ont énormément souffert des deux confinements 2020. Un million de chômeurs et de pauvres supplémentaires. Il n'y a pas besoin d''avoir un doctorat en économie, pour trouver ces propos plus que suspects.
 
Car on se demande par quelle magie, tout à coup, la poursuite de la politique libérale, cassant la croissance et l'emploi depuis 1983 + deux confinements sévères, rien que pour l'année 2020, seraient de nature à créer des centaines de milliers d'emplois en CDI. Rétablir la prospérité économique de notre pauvre pays, assommé par les années d'hiver et la récession à vie.
 
En réalité, il fallait comprendre : "la poursuite de l'arrêt de la production due à un énième confinement va plonger le pays dans le chômage et la pauvreté de masse". Le journaliste de BFM, qui avait des tuyaux sur le discours à venir du poudré, ne nous avait-il pas prévenu que Macron tiendrait "un discours de "vérité" sur la situation économique" (sic).
 
2°)-Macron : "notre destin est d'abord en Europe"
 
Oui, tout à fait d'accord quand vous citez la phrase de Macron : "notre destin est d'abord en Europe". Jacques Sapir a préfacé un ouvrage très intéressant intitulé "La grande dissimulation", rassemblant des enquêtes et études très pointues sur l'histoire de la construction européenne. Il montre comment l'Europe, dès les années 70, s'est construite "contre" le Peuple français, allemand, etc...
 
En France, aucun parti politique de droite ou de gauche, même Lecanuet qui filait doux, ne voulait d'un pouvoir "supranational" à Bruxelles. On nous répétait que l'Europe des "nations", c'était la fin de l'Histoire. Et qu'il n'y aurait jamais d'Europe supranationale.
 
Naturellement, on l'a eu dans l'os. Cette supranationalité s'est imposée dans tous les pays, bien avant 2005 et le NON au référendum.
 
A la fin de sa vie, Helmuth Kohl a avoué, presque les larmes aux yeux, qu'il avait construit l'Europe "contre" l'avis des allemands majoritairement contre.
 
Alors la phrase de Macron : "notre destin est d'abord en Europe" participe de cette profonde escroquerie qu'est la construction européenne "contre les Peuples" de l'Union. Macron ressemble bcp à Jean Monnet : petit banquier à la solde de la CIA : c'est le même profil. Pas étonnant que les deux tiennent le même discours.
 
 
Tout de même, et pour finir, comme écrit Romain Arrix : "il a tout même annoncé qu'en 2021 il allait préparer la France de 2030. Visiblement il a un agenda qui va jusque là"(sic).

commentaire(s)