Lettre de Sylvain Baron à Michel Onfray


Demande pour qu'Onfray soutienne Sylvain

.

Lettre de Sylvain Baron à Michel Onfray

 

A propos du 7 novembre, voila ce que Michel Onfray a reçu dans sa boite mail :

Bonjour Monsieur,

Rien n'est plus difficile que l'exercice de suggestion. Tenter de faire accepter à un univers politique, intellectuel et mental de se projeter vers un univers autre que le sien, c'est une capacité d'influence et de conviction presque inatteignable pour le commun des mortels. Capacité dont je ne dispose indéniablement pas. J'ai même en détestation le travail de relations publiques. J'espère donc pouvoir compter sur votre indulgence et votre attention.

Je vous ai déjà interpellé depuis mon autre boite mail (syldartha@gmail.com) pour vous expliquer ce que mes camarades et moi-mêmes faisions depuis 5 longues années déjà, au-devant des grands médias inféodés à l'oligarchie. Nous les assiégeons, Monsieur. Symboliquement certes, et pas en assez grand nombre pour que cela puisse marquer l'Histoire dès à présent, mais nous conservons le cap. Nous n'étions pas 10 le premier jour, nous sommes désormais toujours plusieurs centaines et nous visons les milliers, les dizaines de milliers, et même les millions au Grand Soir venu. Mais toujours concentrés sur le même objectif révolutionnaire : Les temples de la Propagande !

Nous recommençons à nouveau l'exercice le samedi 7 novembre prochain, avec un rassemblement prévu devant la Maison de la Radio à 13h30. Nous irons comme à chaque fois au-devant de TF1, Cnews, BFM et France Télévisions. Toujours avec les mêmes revendications qui vous sont livrées dans le communiqué de presse ci-joint. Mais je ne pense pas que vous puissiez y être hostile, autrement, je ne vous écrirais pas.

Nos troupes sont valeureuses, déterminées, pour bonne partie constituées de Gilets Jaunes de la première heure, et notre éthique de travail est très claire : aucun casseur ou provocateur n'est le bienvenue ; nous nous interdisons toute provocation même orale avec la maréchaussée ; nous prenons soin des nôtres et restons vigilants à tous débordements, car il y a des femmes, des enfants et des personnes âgées dans nos rangs. Toutes les tendances politiques s'y retrouvent sans se confronter. Notre objectif à tous est celui que je leur promets : reprendre à terme le contrôle de France Inter. Y imposer notre programmation, nos animateurs et journalistes, notre ligne éditoriale et nos invités. Et laisser le peuple aiguiller constamment le pluralisme des opinions que l'on peut attendre dans un grand média public payé avec nos impôts.

Les revendications politiques qui les accompagnent sont une chose, mais notre objectif réel est bien plus profond. Libérer les chaînes de la dissidence politique de ce pays, lui accorder tout le temps nécessaire et dans toute sa diversité pour s'exprimer. Elle aura contre elle tous les autres médias, certes. Mais au moins, dans chaque auto-radio de ce pays, nous serons audibles des Français.

Nous avons certes besoin d'une portée plus grande que la notre pour mieux faire entendre notre appel à manifester au plus grand nombre, mais nos troupes ont aussi besoin d'encouragements et d'un peu de reconnaissance de nos intellectuels de notre propre camp : celui de la souveraineté du peuple.

Etienne Chouard

et

Jean Lassalle

ont eu la gentillesse lors des deux derniers exercices de relayer notre appel à manifester. Il en va de même pour tous les collectifs et un très grand nombre de Gilets Jaunes très suivis sur les réseaux sociaux, et pourtant n'ayant nullement le statut de "figure médiatique" qui n'est accordé que par les médias.

Ce que je souhaite obtenir, c'est clairement votre soutien. Certes, cela drainera toujours plus de monde sur ces mobilisations - et c'est nécessaire - mais surtout, cela fera beaucoup de bien dans les cœurs de toutes ces petites gens qui se battent à la mesure de leurs moyens. Si nous pouvions compter sur votre présence, vous gagneriez évidemment l'attachement définitif de l'ensemble de nos camarades, y compris celles et ceux qui peuvent nourrir quelques dissensions intellectuelles ou politiques avec vous. Ce qui relève de l'esprit a peu d'importance en réalité. Ce sont des gens qui se retrouvent régulièrement sur les mêmes mobilisations, ont appris peu à peu à se connaître, être heureux de se retrouver et s'embrasser. Çà n'est que de l'humain, de l'affect ainsi que la reconnaissance mutuelle que nous sommes une minorité agissante qui reste déterminée et cohérente dans sa stratégie. Quiconque vient, l'inconnu comme le notable, est immédiatement des nôtres. L'effort et la chaleur humaine sont partagés.

Je sais que vous n'êtes pas spécialement homme à manifester. Mais je voudrais que vous fassiez ce que je ne peux pas faire car mon rôle est ailleurs : leur apporter une reconnaissance qui leur fera chaud au cœur. J'entends déjà mes camarades : Comment ça ? Michel Onfray se joint à nous ? Il a réellement dit oui ? C'est énooOOoorme !!!

Voila quels sont les propos auxquels je m'attends si vous acceptiez de vous faire le porte-voix d'une journée sur nos revendications, et plus encore, la caution morale, politique et intellectuelle de notre œuvre de résistance. Je tiens à ce que nos troupes se sentent encouragées avec l'hiver qui approche et Macron qui confine toujours plus dans le but de faire taire la contestation par tous les moyens.

Vous pouvez clairement leur apporter cette joie dans l'épreuve qu'ils devront continuer d'endurer, même si vous ne pourrez pas toujours être présent tous les mois, ce que nous pouvons aisément comprendre. Mais au moins une fois, juste une fois.

Notre dissidence intellectuelle est extrêmement difficile à extraire de ses bureaux. Nous sommes de notre côté des humbles aussi fauchés qu'éduqués. Ces fameux "Rien" qu'exècre tant Macron et ses semblables. Et contrairement à l'écrasante majorité de nos contemporains, nous nous battons sans compter notre peine, notre énergie, notre argent, notre temps et nos frustrations permanentes. Mes camarades, j'insiste, méritent un peu de reconnaissance et de soutien de notre dissidence intellectuelle. Celle que nous écoutons. Celle avec laquelle nous avons contribué à enrichir nos propres ferments politiques sur la démocratie, la souveraineté, l'économie ou la géopolitique.

Voila Monsieur, je vous demande de pardonner la longueur de ma missive, mais je tenais à ce que vous compreniez pourquoi je réclame avec tant d'insistance votre soutien. Je voudrais juste que nos troupes aient enfin une bonne nouvelle sur laquelle se ragaillardir et se sentir pleinement soutenues. C'est important. J'espère que vous le comprendrez.

En espérant pouvoir compter sur vous, à la mesure de vos moyens pour nous aider,

En toute amitié,

Sylvain Baron

commentaire(s)